Exercices pour la clef 2A

Voir l’information détaillée pour cette clef

exercice 1

Texte de base pour l'exercice
(les problèmes seront présentés à la suite du texte à l’intérieur d’une nouvelle fenêtre)

Version imprimable du texte

Le médium et le message

Le spiritisme contemporain est né en 1847 à Hydesville, dans l'État de New York. Les deux filles du fermier John Fox avaient entendu des esprits frapper aux portes; elles ont alors conçu un code de signaux et de questions pour permettre à l'esprit de s'exprimer. En bons fantômes, c'est ce qu'ils firent. La nouvelle de cette expérience se propagea et les deux soeurs Fox devinrent célèbres, organisant de multiples séances au cours desquelles les esprits se manifestaient. Bientôt, partout aux États-Unis comme en Europe, d'autres médiums se sont mis à offrir, eux aussi, leur transes et leur pouvoir aux adeptes. Les séances avaient toujours lieu dans une pièce obscure. On s'assoyait autour d'une table et l'esprit, à la demande du médium, répondait aux questions. La plupart du temps l'esprit s'exprimait par des coups sur la table pour signifier oui ou non. Des esprits plus expressifs pouvaient pencher ou même lever la table.

Il y avait bien sûr des curieux, mais aussi des gens inconsolables de la perte d'un être cher et qui s'accrochaient à la croyance et à l'espoir qu'ils pourraient encore communiquer avec lui. D'autres cherchaient dans le spiritisme la preuve qu'il y avait bel et bien une vie après la mort. Dans le contexte du matérialisme du siècle dernier, la preuve de la vie après la mort suscitait un grand intérêt et on a même vu des Églises pousser autour de cette noble cause. Et il y avait les scientifiques.

Réunis autour de sociétés sérieuses comme The London Dialectical Society, The Society for Psychical Research, The American Society for Psychical Research, L'Institut métaphysique et l'Association française d'étude métaphysique, des scientifiques étudiaient le phénomène du spiritisme en appliquant la même objectivité que s'il s'agissait de sciences physiques naturelles. Ils maintenaient que la connaissance de la nature était encore incomplète et qu'il ne fallait pas s'étonner si certains événements ne pouvaient être expliqués par des théories connues.

Ces chercheurs savaient que beaucoup de séances de spiritisme étaient en fait des supercheries, mais ils estimaient que "si un seul cas sur 1000 s'avère réel, la science a le droit et le devoir de faire enquête pour chercher à résoudre l'énigme". Malheureusement, pas un seul cas ne pu être scientifiquement prouvé.

La vague de spiritisme atteignit son apogée à la fin du XIX siècle et se poursuivit même jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. C'est alors que des magiciens célèbres comme Houdini affirmèrent pouvoir expliquer et reproduire n'importe quelle apparition de l'au-delà. En même temps, les psychiatres commençaient à attirer l'attention sur les puissances du subconscient et de la psyché humaine. Les esprits venaient de recevoir un coup mortel. Ce qui ne devait évidemment pas les inquiéter!

En effet, le spiritisme est en train de renaître sous un nouveau nom, le channeling qui fait fureur parmi les adeptes du Nouvel Age. Ainsi, J.Z. Knight, qui compte Shirley MacLaine parmi ses clientes, est en contact permanent avec Ramtha, un guerrier mort il y a 35 000 ans, alors que Kevin Ryerson préfère discuter avec l'apôtre Jean. Dans tous les cas le verbe s'est fait cher... Même si l'histoire du spiritisme est truffé de fraudes, de manipulations et d'absurdités chroniques, le désir de communiquer avec l'au-delà est toujours présent. Pour les croyants, les preuves ne sont pas nécessaires. Pour les sceptiques, aucune preuve ne sera suffisante.

Extrait d'un texte rédigé par l'équipe de l'Agence Science-Presse, trouvé sur leur site WEB (http://www.sciencepresse.qc.ca/kiosquerel/le_medium_et_le_message.htmllien externe), le 29 février 2001.

> Accéder aux problèmes

Haut de page

© Victor Thibaudeau, mai 2008