Exercices pour la clef 2E

Voir l’information détaillée pour cette clef

exercice 1

Texte de base pour l'exercice
(les problèmes seront présentés à la suite du texte à l’intérieur d’une nouvelle fenêtre)

Version imprimable du texte

Un lieu de mémoire en mouvement perpétuel

Pour plus de 17 millions de personnes, Ellis Island, à New York, a constitué le point de passage obligé pour entrer aux États-Unis. Comme le montre Charles Chaplin dans son court métrage L'Émigrant (The Immigrant, 1917), l'arrivée au "pays de la liberté" ne s'est pas toujours bien passée pour ces femmes et ses hommes en quête d'une vie meilleure, car le personnel chargé de les accueillir n'était pas toujours bienveillant à leur égard. Une scène du film montre l'un de ces inspecteurs en train de botter le derrière de Charlot parce que ce dernier rêvasse. Malgré ces désagréments, Ellis Island est devenu le centre d'enregistrement le plus important du monde, un lieu de mémoire pour des générations. Aujourd'hui encore, 40 % des Américains ont au moins un ancêtre qui a transité par Ellis Island. On comprend dans ces conditions l'importance de cette île pour une grande partie des Américains et pour les descendants de ces immigrants qui font parfois le voyage pour retrouver la trace de leurs ancêtres qui avaient fui la misère du Vieux Continent.

Si la visite de cette île transformée en musée de nos jours mérite qu'on y consacre quelques heures, Internet permet d'éviter le déplacement à tous ceux qui n'ont pas la possibilité de se rendre à New York. Bien sûr, l'écran d'ordinateur ne pourra pas rendre l'émotion que l'on peut ressentir en pénétrant dans cet espace foulé par des millions de personnes. Néanmoins, grâce au Net, tous les curieux pourront dès aujourd'hui consulter les registres d'Ellis Island et rechercher parmi les millions de noms ceux de leur oncle d'Amérique. Il aura fallu quatre ans et des millions d'heures de travail pour entrer les informations dans une gigantesque base de données désormais accessible au plus grand nombre, donnant ainsi une plus grande dimension encore à l'idée d'un réseau au service du public et de la mémoire commune de l'humanité. Il y a quelques années déjà le quotidien irlandais "The Irish Times" proposait sur son site aux résidents américains de retrouver la trace de leurs aïeux irlandais, tandis que les mormons offraient la possibilité de faire une recherche globale à partir des noms de famille.

À l'instar de la bibliothèque d'Alexandrie, fondée vers 297 av. J.-C. et qui fut la première bibliothèque publique au monde, le cyberespace se métamorphose chaque jour un peu plus en un lieu où le commun des mortels peut accéder au savoir. Reste à espérer que le Net ne finira pas comme son illustre modèle qui fut ravagé par les flammes en 47 avant notre ère. Aujourd'hui, ce n'est pas le feu qui constitue la principale menace, mais le mercantilisme dont les brûlures peuvent s'avérer bien plus meurtrières. D'où la nécessité de garantir un accès universel à ces richesses désormais disponibles sur la Toile.

Article modifié de Claude Leblanc, tiré du site WEB du COURRIER INTERNATIONAL (http://www.courrierinternational.comlien externe), le 17 avril 2001.

> Accéder aux problèmes

Haut de page

© Victor Thibaudeau, mai 2008