Exercices de logique faits avec des textes spécialisés en sciences infirmières

Les choses équivoques

Texte analysé dans le présent exercice

TEXTE: D. Blondeau, "Considérations éthiques sur la mort", in D. Blondeau (ed.), Éthique et soins infirmiers, pp.229-242.

L'accès à ce texte : rappel.

 

Problème 1

"À lui seul, le concept d'euthanasie contient les germes de la confusion, puisque, selon les conceptions, il recouvre des pratiques fort différentes." (p.230)

Que veut dire cette phrase de l'auteure? Y a-t-il UN concept ou DES conceptions de l'euthanasie?

En lisant la suite du texte, il semble bien que pour elle il y a plusieurs façons de concevoir l'euthanasie, alors pourquoi parler DU concept d'euthanasie? N'y aurait-il pas moyen, ici, en vous servant de votre connaissance de l'équivocité logique et de votre lecture de l'ensemble du texte, de mieux saisir la pensée de l'auteure et peut-être de mieux la formuler en remplaçant, dans la phrase citée, les mots "concept" et "conceptions" par quelques mots plus appropriés?

Solutionnaire #1

Problème 2

Le dernier paragraphe de la p.230 nous montre comment le traitement de l'équivocité et la définition (ainsi que tout l'éventail de procédés qui mène à cette dernière) peuvent facilement se lier.

Dans la considération de l'équivocité portée par le mot "euthanasie", l'auteure cherche à énumérer les choses, plus précisément ici des pratiques médicales, qui sont désignées par ce mot et qui, lorsqu'il s'agit de définir le sens qu'a dans chaque cas ledit mot, reçoivent des définitions différentes. C'est pourquoi cette énumération des choses équivoques peut aussi être vue comme une énumération de définitions qui se rattachent, dans l'usage, au mot "euthanasie".

Dans ce texte, l'auteure se sert justement du procédé de définition qu'est le recours à l'étymologie pour traiter de l'équivocité dont il est question. D'après ce qu'elle écrit, ce recours lui permet de découvrir "le sens premier du mot".

Quel est ce sens ou cette première définition?

Que faut-il ici comprendre de l'expression "sens premier du mot"?

Selon l'auteure et votre propre expérience de la langue, est-ce que cette pratique médicale s'appelle, en français moderne, de l'euthanasie? Est-il possible que cette expression ("sens premier du mot") cache elle-même de l'équivocité?

Solutionnaire #2

Problème 3

Quelles sont les deux choses qui, d'après les explications de l'auteure, sont véritablement équivoques par rapport à l'usage du mot "euthanasie"? Donnez les expressions employées pour les désigner et les distinguer, ainsi que la définition de chacune.

Solutionnaire #3

Problème 4

Clairement, le mot "euthanasie" change de sens selon qu'on parle d'euthanasie passive ou d'euthanasie active. Les adjectifs "passif" et "actif" sont justement là pour nous indiquer dans quel sens le mot "euthanasie" doit dans chaque cas être pris.

Mais lorsque l'auteure parle d'euthanasie passive volontaire ou involontaire et d'euthanasie active volontaire et involontaire, est-ce le même phénomène? En termes logiques, comment analyseriez-vous ces idées?

Solutionnaire #4

Problème 5

Soient les universels suivants:

- euthanasie passive volontaire,

- euthanasie passive involontaire,

- euthanasie active volontaire,

- euthanasie active involontaire.

Ranger sous l'un de ces quatre universels chacun des cas particuliers suivants:

- l'acte pratiqué sur Sue Rodriguez;

- l'acte pratiqué sur la jeune Latimer;

- l'acte pratiqué sur Nancy B.;

- les actes pratiqués par le docteur Kevorkian (célèbre médecin américain souvent poursuivi en justice parce qu'il fournit une aide technique à des gens malades qui veulent se donner la mort).

Solutionnaire #5

Problème 6

Quelle est l'idée principale que défend l'auteure dans cette section ("La confusion entourant le concept d'euthanasie")? Cette idée ou cette position concerne justement l'équivocité.

Solutionnaire #6

Problème 7

Quelle lumière peut jeter votre analyse de l'équivocité du mot "euthanasie" sur la distinction que fait l'auteure, dans la section suivante ("Droit à la mort ou droit de mourir?", pp.234-237) entre droit à la mort et droit de mourir? En outre, peut-on mieux comprendre son désir d'éliminer l'équivocité d'"euthanasie", connaissant sa position sur la reconnaissance ou la non-reconnaissance des droits en question?

Solutionnaire #7


Solutionnaire

Solutionnaire - problème 1

La suite du texte nous montre clairement que l'auteure traite ici d'un problème d'équivocité logique: plusieurs choses reçoivent le nom d'euthanasie, mais ces choses sont différentes et quand vient le temps de rendre explicite ce que l'intelligence conçoit à chaque utilisation du mot, des définitions différentes sont données. Ainsi, cette première phrase de l'auteure ne pourrait-elle pas vouloir dire quelque chose comme: "À lui seul, le nom d'euthanasie contient les germes de la confusion, puisque, selon les objets de pensée auquel il se révère et les définitions que l'on donne de chacun, il recouvre des pratiques fort différentes"?


Solutionnaire - problème 2

Au "sens premier du mot", l'euthanasie serait l'acte de prodiguer des soins palliatifs à un mourant. Cependant, le mot "euthanasie" n'a jamais ce sens, en français moderne. Il faut donc bien distinguer cette pratique médicale des autres dont parle l'auteure dans la suite du texte, qui elles sont vraiment équivoques si on prend pour cadre de référence l'usage moderne du mot "euthanasie".

Quand l'auteure parle du "sens premier du mot", elle ne veut pas dire qu'aujourd'hui le mot "euthanasie" désigne d'abord et avant tout le soin palliatif donné au mourant et secondairement d'autres choses, mais qu'à l'origine ce mot avait ce sens, ou plus précisément que l'ancêtre du mot avait ce sens. Le sens original de l'ancêtre d'un mot et le sens fondamental actuel d'un mot sont donc équivoques, dans la mesure où les deux sont dits être "le sens premier d'un mot".


Solutionnaire - problème 3

Il semble qu'autant l'acte de suspendre un traitement médical (par exemple une antibiothérapie) et par le fait même d'entraîner la mort du patient que l'acte médical (par exemple l'injection d'une dose létale d'une quelconque médication) qui provoque directement la mort soient désignés par le terme "euthanasie", en français contemporain. Pour distinguer ces deux choses équivoques, on emploie des adjectifs: l'euthanasie au premier sens est appelée "euthanasie passive" ou "indirecte" et la seconde, "euthanasie active" ou "directe".


Solutionnaire - problème 4

Lorsqu'on parle d'euthanasie active volontaire et d'euthanasie active involontaire, le mot "euthanasie" garde le même sens: causer, par un acte médical (injection ou autre), la mort d'un patient. Les adjectifs "volontaire" et "involontaire" n'indiquent pas, ici, dans quel sens doit être pris "euthanasie", ils ajoutent plutôt une précision supplémentaire, soit que le patient veuille ou non que le personnel médical cause sa mort. Les actes médicaux désignés par "euthanasie" ou "euthanasie active" sont donc, dans ce contexte, parfaitement univoques.

Une analyse semblable peut être faite à propos des expressions "euthanasie passive volontaire" et "euthanasie passive involontaire".


Solutionnaire - problème 5

Sue Rodriguez souffrait d'une grave maladie et voulait mourir. Elle est allée en cour pour demander qu'on l'aide à faire ce que son état de grande faiblesse lui interdisait de faire, soit de mettre directement fin à ses jours. La cour lui a refusé ce droit, mais ses amis ont accepté de le faire pour elle et de servir d'instruments dans son suicide. Il s'agissait donc d'euthanasie active volontaire.

La jeune Latimer était une enfant dont les nombreux handicaps rendaient l'existence misérable à l'extrême et qui fut tuée par son père, qui ne voulait plus qu'elle souffre. Étant donné le retard intellectuel de l'enfant et son incapacité à communiquer, on peut difficilement présumer qu'elle ait eu la volonté de mourir. Il s'agissait donc d'euthanasie active involontaire.

Nancy B., qui voulait mourir, est aussi allée en cour pour que le corps médical l'aide à réaliser ses desseins. Mais donc son cas, il fallait simplement débrancher l'appareil qui la maintenait en vie. Il s'agissait donc d'euthanasie passive volontaire.

Le docteur Kevorkian a finalement été condamné par une cour américaine parce qu'il aidait ses patients qui le voulaient à se suicider, grâce à un petit appareil qu'il a mis au point et qui, une fois installé, permet au malade de s'injecter une dose mortelle d'un quelconque poison. Il s'agissait donc d'euthanasie active volontaire.


Solutionnaire - problème 6

L'auteure propose d'éliminer l'équivocité portée par le mot "euthanasie": selon elle, seule l'euthanasie active mérite l'appellation d'"euthanasie". L'acte de mettre fin à un traitement qui indirectement cause la mort ne devrait pas être appelé de l'"euthanasie".


Solutionnaire - problème 7

Le droit de mourir semble désigner le droit à l'euthanasie passive (ce que réclamait Nancy B.), alors que le droit à la mort correspondrait en gros au droit à l'euthanasie active (ce que réclamait Sue Rodriguez).

L'auteure est contre la reconnaissance du droit à la mort, mais elle est en faveur de la reconnaissance du droit de mourir, ce droit que l'entourage du malade doit respecter, par devoir d'humanité. Les deux "droits" lui semblent complètement différents, justement parce que l'euthanasie passive et l'euthanasie active sont de nature si différente -- au point qu'il vaudrait mieux ne pas nommer ces deux réalités ou pratiques médicales avec une même appellation.


Note :

Nous allons étudier en détail, un peu plus loin dans le cours, les divers types de procédés pouvant servir à définir une chose (voir dans le manuel SUP les pages S.5 / p.168 et suivantes). Le recours à l'étymologie est l'un de ces procédés couramment utilisés.

Des commentaires ?

Tout commentaire, suggestion de changements, d'améliorations, d'ajouts, etc. sont bienvenus. N'hésitez pas à nous en faire part. Nous en tiendrons compte!

Faites de même si vous connaissez un texte qui met en jeu des distinctions logiques du même ordre. Nous aimerions l'ajouter au présent exercice.

Écrivez-nous!


--> Page d'accueil de Principes de logique

--> Sommaire des exercices spécialisés

--> Plan détaillé du cours