Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

« La “capacité de ‘care’” comme réponse à la vulnérabilité. Une mise en dialogue de la pensée de Paul Ricœur et des éthiques du “care” » par Mme Cyndie SAUTEREAU

Résumé

Nous voudrions, à partir de la prise en compte de la vulnérabilité humaine et de la réponse à y apporter, questionner la conception ricœurienne de l’homme capable.

Au sein des théories morales contemporaines dominantes, la vulnérabilité fait figure d’oubliée. C’est en effet plutôt à partir d’une conception de l’individu considéré comme autonome qu’elles se sont élaborées. Pourtant, qui n’a pas expérimenté au cours de sa vie des périodes de vulnérabilité? L’enfance peut, à cet égard, être tenue pour paradigmatique. C’est cette expérience humaine universelle de fragilité que les éthiques du care visent à penser et dont elles cherchent à rendre visible la valeur morale. Elles partent du constat qu’en tant qu’êtres incarnés, nous avons besoin des autres pour satisfaire nos besoins fondamentaux. Humains, nous sommes des êtres de relation : nous dépendons des autres. Ce qui nous porte, ce qui permet à la vie de se maintenir, c’est le souci (care) dont d’autres font preuve à notre endroit, c’est-à-dire l’attention à nos besoins et l’activité pratique consistant à y répondre, autrement dit, une « capacité de care ».

Or, si Ricœur, dans son anthropologie philosophique, fait certes la part belle à la vulnérabilité, s’il reconnaît que l’homme capable est tout autant homme fragile, quelle réponse, cependant, apporte-t-il à la vulnérabilité? Certes, il nous montre que les capacités humaines (à dire, à faire, à se raconter, à être responsable) peuvent faire place à leur envers : la capacité à dire, par exemple, se muer en impuissance à maîtriser le verbe. Il reconnaît donc tout à fait que l’actualisation de nos pouvoirs n’est pas garantie. Mais, voudrions-nous demander : qu’est-ce qui vient alors soutenir ces pouvoirs? Qu’est-ce qui leur permet de se déployer? Qu’est-ce qui leur permet de se restaurer? Prenant appui sur les éthiques du care, nous nous proposons de développer l’hypothèse selon laquelle l’actualisation des pouvoirs du soi dépendrait, fondamentalement, de relations de care. Les différentes capacités humaines que Ricœur décline et déploie ne sont-elles pas, au fond, soutenues par la capacité de care dont dépend, du début à la fin de sa vie, le soi?

Cyndie Sautereau a soutenu en 2013 une thèse en philosophie à l’Université Laval sur le problème de la relation à autrui chez Gadamer et Ricœur. Elle a également eu le plaisir d’y donner plusieurs charges de cours. Elle termine actuellement un postdoctorat au Fonds Ricoeur, à Paris, visant à mettre en dialogue l’éthique du care avec la philosophie de Paul Ricoeur. Elle est l’auteure de plusieurs articles et a codirigé avec Simon Castonguay l’ouvrage Pratique et langage. Études herméneutiques. Elle est membre du conseil d’administration de la Society for Ricoeur Studies.

Tous les étudiants et tous les professeurs sont très cordialement invités à assister à cet atelier.
Pour information, secrétariat de la Faculté de philosophie : 418 656-2244