« Pasteur/Darwin : une rencontre manquée ? » par Samuel Alizon

Vendredi 24 février 2017, 14 h 30, (Pavillon Félix-Antoine-Savard, salle 413)

Résumé 

Dans un texte célèbre de 1988 intitulé De la pandémie comme un phénomène évolutif naturel, le généticien américain Joshua Lederberg se désolait que les théories de Darwin n'aient pas été appliquées aux approches pasteuriennes avant la 2e moitié du XXe siècle. Cette vision apparaît aujourd'hui quelque peu tronquée, car Darwin a écrit sur les microbes et Pasteur a lui réalisé des expériences d'évolution. Toutefois, Lederberg a raison de dire que les vies et travaux de Pasteur et Darwin ont trop rarement été mis en regard. Il a aussi raison de mettre l'accent sur l'apport du darwinisme pour parvenir aux objectifs de santé publique pasteuriens. En m'appuyant sur la comparaison entre les deux savants, je montrerai, à l'aide de problématiques d'actualité, comment la biologie de l'évolution ouvre de nouvelles perspectives dans le contrôle des maladies infectieuses.

À propos de Samuel Alizon

Samuel Alizon est chargé de Recherche au CNRS et affecté au laboratoire MIVEGEC à Montpellier. Il travaille en écologie évolutive, plus précisément sur la modélisation des maladies infectieuses. Ses recherches portent en particulier sur les parasites humains (HPV, VIH, VHC, paludisme). Il est notamment l'auteur de l'ouvrage C'est grave Dr Darwin ? L'évolution, les microbes et nous (Seuil, 2015) et coauteur de l'article What is a pathogen? Towards a process view of host-parasite interactions (avec P.-O. Méthot, revue Virulence, 2014). 

Retourner au programme complet des Ateliers de philosophie moderne et contemporaine