Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

Cycle de conférences «Arts, science et philosophie»

Cycle de conférences « Arts, sciences et philosophie »

Le cycle de conférences grand public « Arts, sciences et philosophie » est organisé par le Musée national des beaux-arts du Québec, la Chaire La philosophie dans le monde actuel, la Faculté de philosophie et la Faculté des sciences et de génie de l'Université Laval. Il se propose de mettre en relation des artistes, scientifiques et philosophes qui réfléchiront à haute voix sur la notion de beauté et sur la créativité telles qu'on les voit à l'œuvre dans ces différents champs de l'activité humaine.

Quels liens, similitudes ou différences peut-on identifier dans les démarches artistique, scientifique et philosophique? Quel rôle en particulier joue le principe de beauté ou d'harmonie dans le travail scientifique et philosophique? À l'inverse, quelle part jouent les méthodes, théories et découvertes scientifiques dans la création artistique? Que dit par ailleurs la science de la démarche artistique, du processus créatif et de l'émotion esthétique?

Ces rencontres se dérouleront à 19 h dans l'auditorium du Musée. Les conférences seront suivies d'un cocktail, permettant de poursuivre librement la discussion.

Il est à noter que le Musée demeure facile d'accès malgré les travaux d'agrandissement (consulter la carte).

Programme

24 septembre 2014

« Entre art et science — Le rôle des images astronomiques dans l'histoire »

Par ROBERT LAMONTAGNE, Directeur exécutif de l'Observatoire du Mont-Mégantic, Chargé de cours au Département de physique de l'Université de Montréal

L'astronomie est avant tout une science d'observation où les représentations du cosmos servent d'appui à l'argumentation scientifique. Toutefois, à cause de leur beauté, de leur esthétisme et des émotions qu'elles suscitent, les images astronomiques ont été fréquemment utilisées à d'autres fins. Ainsi, depuis les esquisses tracées par Galilée au début du 17ème siècle jusqu'aux photographies tirées des grands observatoires contemporains tel le téléscope spatial Hubble, les images astronomiques assument un autre rôle en étant au centre d'un énorme effort de vulgarisation qui vise à forger un lien entre la communauté scientifique et le public. Les images astronomiques sont aussi souvent intégrées à diverses pratiques artistiques ou sociales, parfois assez éloignées de leur vocation scientifique initiale. Au fil du temps, l'utilisation de ces images a non seulement altéré notre perception du cosmos mais aussi celle de la place que nous y occupons. Au cours de cette conférence, je présenterai quelques exemples de ces images qui ont changé le monde!

 

12 novembre 2014

« Le moiré interdisciplinaire — Le monde numérique comme métaphore d'une société participative »

Par JOCELYN ROBERT, artiste et directeur de l'École des arts visuels de l'Université Laval

Les disciplines conventionnelles — celles-là mêmes qu'on nomme, par exemple, art, science et philosophie — sont des filtres que l'on met devant le monde pour tenter d'y comprendre quelque chose. La relative fixité de ces matrices les rend cependant difficiles à garder à jour dans un monde où les idées évoluent de plus en plus rapidement.

Le « numérique » apporte peut-être une piste de solution permettant à la fois de maintenir les savoirs acquis et de les mettre en mouvement, au pas avec le monde. À partir d'œuvres d'art — notamment d'œuvres de l'auteur — et de quelques exemples tirés d'autres domaines, nous tenterons de cerner une autre manière de voir, qui doit beaucoup aux technologies récentes mais qui tenait déjà dans la main de Marcel Duchamp et dans les bras de Kaprow. Par la même occasion, au passage, nous tenterons également de définir l'expression « Art numérique », définition qui semble échapper même aux plus ardents défenseurs du domaine.

 

11 février 2015

« Le Songe d'Ithaca, ou les chants de l'atmosphère »

Par NICOLAS REEVES, professeur titulaire, École de design, Université du Québec à Montréal

Cette conférence sera l'occasion de discuter d'un processus créatif combinant des principes et des objets de science à des considérations purement artistiques et poétiques, ayant mené à une œuvre météo-électronique – Le Songe d'Ithaca. Il s'agit d'une installation qui sonde l'atmosphère en permanence et en extrait toutes les caractéristiques : température, humidité, pression barométrique, vitesse et direction des vents, luminosité du ciel, pluviosité, hauteur et densité des nuages, niveau du champ électrostatique, foudre. Toutes ces variables sont confondues et transformées pour générer un chant méditatif qui ne s'arrête jamais.

Le Songe d'Ithaca est aussi une sonde méridienne : l'angle entre ses éléments indique la position du méridien d'Ithaca, également appelé méridien des égarés, cet arc de grand cercle qui relie l'île d'Ithaque en Grèce à la ville d'Ithaca dans l'état de New York. Long de plus de 7000 kilomètres, le méridien est le sentier que parcourent sans relâche ceux qui cherchent à retrouver le lieu de leurs origines. S'ils s'en écartent, aucune boussole ne les y ramènera : leur seul espoir est de plonger en eux-mêmes, de s'abstraire du tumulte du monde, pour s'imprégner des voix de l'atmosphère et tenter de détecter, dans leur incessant murmure, celle qui leur indiquera la direction à suivre.

 

1er avril 2015

« L'esthétique à la lumière des neurosciences cognitives »

Par LUC FAUCHER, professeur au Département de philosophie, Université du Québec à Montréal

Pourquoi préférons-nous habituellement les tableaux originaux à leurs copies? Quel est le rôle des émotions dans l'appréciation esthétique? Quel impact sur notre jugement esthétique peut avoir la présentation répétée à certaines images? Voilà quelques questions discutées en esthétique, qui peuvent maintenant recevoir un nouvel éclairage.

En effet, définie de façon très large, et fidèlement à ses origines, l'esthétique est la discipline qui s'intéresse aux perceptions sensible, à celles du beau et du laid, à la distinction entre ce qui est de l'art de ce qui n'en est pas, aux jugements concernant ce qui est beau, laid, aux émotions produites par l'art, etc. On comprend dès lors que l'esthétique fut d'abord une discipline philosophique, mais puisqu'elle porte sur des perceptions, des jugements, des émotions, qui mettent en jeu divers processus cognitifs ou neuronaux, il est tout à fait naturel que la psychologie et plus récemment les neurosciences s'y soient également intéressées et que, dans les dix dernières années, elles aient apporté un éclairage inédit sur un certain nombre de problèmes qui étaient d'abord uniquement philosophiques.

Dans le cadre de ma présentation, je décrirai quelques uns de ces travaux récents, montrant les avancées qu'ils nous permettent de faire et quelques nouveaux problèmes qu'ils font surgir à leur tour.