Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

« La “civitas” chrétienne de Marsile de Padoue : aux origines de la sécularisation moderne? » par MAXIME HUOT-COUTURE

Résumé

Dans un contexte où les discours sur la laïcité se multiplient, la philosophie politique de Marsile de Padoue (1284-1342) peut nous aider à jeter un regard nouveau sur le concept de sécularisation. Cette communication vise à montrer toute la spécificité de la pensée théologico-politique de Marsile de Padoue, en tant qu’elle s’inscrit résolument dans le contexte intellectuel et politique du Bas Moyen-Âge en Europe, tout en y échappant par une voie qui lui est propre, la soumission totale du spirituel au politique. Sera proposée la thèse selon laquelle c’est une interprétation radicale de la pensée d’Aristote et de sa Politique qui permet à Marsile de Padoue de contester le pouvoir temporel et spirituel du pape. Nous argumenterons que c’est par une théorie de la connaissance qu’il pose, avec l’aide d’Aristote, la politique comme science et le bien de la civitas, le corps politique, comme fin ultime. De plus, c’est en proposant une séparation entre pouvoir et sacerdoce, mais une intégration complète entre organisation politique et organisation spirituelle que  Marsile  de  Padoue, nous arguerons, échappe au problème théologico- politique, problème fondateur de la modernité selon plusieurs. Ainsi, peut-il vraiment être considéré comme un précurseur de l’État laïc moderne ? Comment sa pensée dialogue-t-elle avec notre conception de la sécularisation et de la laïcité ?