Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

« L’ascète de Fârâbî, Socrate et l’introduction au problème des “Lois” de Platon » par ANTOINE PAGEAU ST-HILAIRE

Résumé

Au Xe siècle, le philosophe arabe Al-Fârâbî écrit le Compendium des Lois de Platon, commentaire paraphrastique du célèbre dialogue que l’on attribue à Platon comme son chant du cygne. Fârâbî tâche, préalablement à son Compendium, de nous introduire à la lecture des Lois en expliquant les difficultés logographiques du dialogue. Cette introduction aux méthodes   stylistiques propres à l’écriture platonicienne (mythes, métaphores, allégories, ironie, mensonges, etc.) prend la forme à son tour d’une parabole : un ascète persécuté pour sa piété réussit à échapper à ses détracteurs en dévoilant son identité aux gardes tout en feignant la folie plutôt que de mentir (car sa piété le lui proscrit). Nous tâcherons de montrer que peut être opéré un parallèle frappant entre la piété de l’ascète et la piété socratique et que, à cet égard, Fârâbî nous inciterait à penser la figure de l’Étranger d’Athènes à l’aune de celle d’un Socrate qui se serait évadé d’Athènes (cf. sur ce point l’« erreur » d’Aristote : Politiques 1265a1-4). Après avoir étayé les raisons d’une telle lecture de la part de Fârâbî, nous montrerons que celle-ci conduit à interpréter les Lois à la lumière d’un problème particulier : celui de la piété et du rapport entre piété, philosophie et communauté politique. En plus de permettre de clarifier certains aspects troubles du drâmâ du dialogue, les indications farabiennes nous permettront de comprendre dans quelle mesure les Lois constituent le lieu propre, pour paraphraser Avicenne, du problème théologico-politique.