Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

« Sur les origines grecques du liberum arbitrium chrétien. » par Bernard Collette

Mercredi 26 octobre 2016, 11 h 30 à 12 h 20, (Pavillon Félix-Antoine-Savard, salle 413)

Résumé

Les études sur l’idée de liberté dans l’Antiquité gréco-romaine se concentrent le plus souvent, quand elles adoptent une approche lexicale, sur les termes d’eleutheria et de libertas. C’est, évidemment, parfaitement compréhensible et justifié. Ce faisant, cependant, elles laissent dans l’ombre un développement important de la notion de liberté, celui qui va mener à l’émergence du concept clé d’autexousion, concept dont je voudrais étudier l’origine et montrer ce qu’il doit à celui, moins connu, mais tout aussi important, d’exousia.

Dans l’Antiquité, la notion d’autexousion a eu une longévité et une postérité absolument remarquables. Même si elle n’apparaît pas avant le Ier siècle de notre ère, dans les textes de Philon d’Alexandrie (-25 – vers 50), Musonius Rufus (vers 20 – 100) et Épictète (55 – 135), elle sera très rapidement adoptée par les premiers penseurs chrétiens où elle gagnera le sens de libre arbitre. C’est le cas chez Justin Martyr (100-165), premier philosophe chrétien à utiliser ce terme et à le définir comme une forme de liberté d’agir bien ou mal, de manière juste ou injuste. Par la suite, le terme fera partie intégrante du Christianisme, et ce jusqu’au Moyen Âge, sous la formule latine de liberum arbitrium.

À propos de Bernard Collette

Bernard Collette est professeur de philosophie antique à la Faculté de philosophie de l'Université Laval. 

Affiche disponible

Retourner au programme complet des Midis du Laboratoire de philosophie anciennes et médiévale (LAPAM)