Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

«L’enseignement de la grammaire philosophique par-delà les Pyrénées : le cas des Communia grammaticae (v. 1260)» par René Létourneau

Résumé

Nous ne disposions jusqu’à tout récemment que d’un seul manuscrit contenant les Communia grammaticae, une collection de questions de grammaire philosophique universitaire datée approximativement de la décennie 1260 (cf. codex 16617 du Fonds latin de la Bibliothèque nationale de France). Ce texte y côtoie les Communia logicae, une série de questions sur les livres de la Vieille logique (Aristote, Porphyre, Boèce, etc.). Nous n’en connaissions ni l’auteur ni le contexte exact de rédaction même s’il s’agit vraisemblablement d’un document didactique lié à l’enseignement universitaire tel qu’on le pratiquait à la Faculté des arts de Paris au milieu du XIIIe siècle. Or, notre découverte en 2014 d’un second exemplaire des Communia, dans le manuscrit 1986 de la Bibliothèque de l’Université de Salamanque en Espagne, a fait progresser nos recherches de façon spectaculaire. D’un texte auparavant confiné au milieu artien parisien, nous avons désormais affaire à une œuvre qui a connu une certaine diffusion à travers l’Europe médiévale. Les différences de leçons entre les deux manuscrits, entre autres indices, prouvent l’ampleur de cette diffusion. La découverte du manuscrit salmantin a révélé par ailleurs que nos Communia appartiennent à un ensemble textuel beaucoup plus vaste. Il s’agit en effet d’une énorme somme de collections de questions qui portent également sur la Nouvelle logique, la philosophie naturelle et la philosophie morale, et qu’on a attribuée – fort probablement à tort – au philosophe anglais Robert Grosseteste (v. 1175-1253). Après avoir dressé le portrait global du contenu exégétique de ces Communia philosophiques, nous discuterons plus précisément des conséquences de la découverte du manuscrit de Salamanque sur notre étude des Communia grammaticae, dont nous préparons actuellement l’édition critique et la traduction complètes.