Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

« Aristote théoricien de la fiction » par Jean-Marc NARBONNE


Mardi 22 mars, 11 h 30 à 12 h 20, (Pavillon Félix-Antoine-Savard, salle 413)


Résumé

En réaction à la condamnation, totale ou partielle, prononcée par Platon contre les arts dans la République, les Lois ou ailleurs, Aristote entreprend dans la Poétique, sur des bases il faut le souligner entièrement nouvelles, de montrer que l’usage de la mimesisre-présentation créative de la réalité » plutôt que simple « imitation servile des choses ») est non seulement naturelle à l’homme mais qu’elle lui ouvre un large champ de réflexions possibles sur la vie humaine et le monde.  S’émancipant du pur et simple donné pour se tourner désormais vers un pouvoir-être en lui-même non seulement multiple mais multiforme, le poète a désormais toute la liberté souhaitée pour inventer des scénarios nouveaux, surprenants voire impossibles, c’est-à-dire pour faire naître sous nos yeux des fictions sans plus trop se soucier de savoir si ces dernières correspondent ou non à des états concrets du monde.  Le poète, nous dit Aristote, non seulement produit effectivement ce genre de choses, mais il est surtout entièrement légitimé à le faire, l’œuvre poétique, considérée en soi, ne relevant en effet  plus des critères de vérité auxquels les énoncés standards demeurent assujettis.  C’est ainsi qu’avec Aristote, pour la toute première fois historiquement, se trouva légitimé théoriquement le recours au fictionnel en tant que tel.

À propos de Jean-Marc Narbonne

Jean-Marc Narbonne est professeur de philosophie grecque à la Faculté de philosophie de l'Université Laval et titulaire de la Chaire de Recherche du Canada en Antiquité Critique et Modernité Émergente (ACME).