Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

« Philosopher en temps de crise »: congrès annuel de la Société de philosophie du Québec

12 mai 2014

Lundi 12 mai au jeudi 15 mai  2014 (Université Concordia, Montréal).
Organisé par Mitia RIOUX-BEAULNE (Université d’Ottawa), Marie-France LAURIN (Université de Montréal), Éric LEDUC (Université d’Ottawa).
Dans le cadre du 82e congrès de l'Acfas.
N.B. Il faut être inscrit au congrès pour y assister.

Avec la participation de: 

  • Jocelyn MACLURE, 
  • Patrick TURMEL, 
  • Pierre-Olivier MÉTHOT, 
  • Sébastien LALIBERTÉ,
  • Hugo TREMBLAY,  
  • Raphaël ZUMMO,  
  • Ophélie DESMONS, 
  • Catherine RIOUX, 
  • Brian MONAST, 
  • Étienne GROLEAU,
  • Schallum PIERRE, 
  • Joël BÉGIN, 
  • Julien OUELLET, 
  • Claire LARROQUE, 
  • Antoine PAGEAU ST-HILAIRE.

Description

L’amorce de toute philosophie semble être l’expression d’un état de crise. De la crise de la démocratie athénienne sans cesse ressassée par Platon à celle des sciences européennes théorisée par Husserl, de la crise qui ébranle l’autorité des Anciens au moment où la modernité prend un certain essor à la crise de cette modernité même qui s’exprime chez ceux qui proclament l’imminence de son dépassement, chaque fois il semble que l’urgence de philosopher soit l’effet d’une crise qu’on s’efforce de penser et à laquelle il faut réagir.

Tantôt c’est la philosophie elle-même qui se sent en crise et qui cherche à définir les conditions de légitimité de sa pratique – par exemple sous la forme de la critique kantienne; tantôt la philosophie met le monde qui l’entoure en crise parce qu’elle trouve qu’il ne s’interroge pas assez sur son ordre établi – comme dans l’annonce nietzschéenne de la mort de Dieu; tantôt enfin la philosophie s’offre comme réponse à une crise qui sème l’insécurité − on peut alors penser à la philosophie hobbesienne face à la guerre civile qui sévit en Angleterre. La crise, qu’elle soit à l’échelle individuelle, sociale ou qu’elle affecte l’être en son entier, commande l’urgence de philosopher.

Les questions qui sont ouvertes par ce thème sont nombreuses et cherchent à rendre possible la constitution d’échanges féconds entre philosophes issus de toutes les spécialisations et de toutes les écoles. De quelle crise le besoin exprimé par la société civile pour l’éthique est-il le symptôme? De quels types de crise la philosophie peut-elle être victime? Quels réconforts ou solutions peut-elle offrir lorsque le monde est en crise? Comment peut-elle accompagner les autres disciplines dans les soubresauts de légitimité qu’elles subissent? Les crises n’ont-elles que des aspects négatifs? Comment penser leur utilité? On le voit, ce thème peut être déployé de manière à interpeller tous les champs de la philosophie telle qu’elle se pratique aujourd’hui.

Programme

<< retour