Soutenance de thèse de madame Marie-Hélène DESMEULES

22 juin 2017

Jeudi 22 juin 2017, 14 h (Salle Duroselle - Sorbonne-Galerie Jean-Baptiste Dumas - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Programme de doctorat dans le cadre d'une cotutelle avec l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Titre de la thèse : «De la description à la prescription. Recherches pour une phénoménologie de la normativité à partir de l’œuvre de Husserl»

Jeudi 22 juin 2017 à 14 h (Salle Duroselle - Sorbonne-Galerie Jean-Baptiste Dumas - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

PRÉSIDENT et examinateur

Monsieur Dominique PRADELLE
UFR de philosophie, Université Paris-Sorbonne

EXAMINATEURS

Madame Sophie-Jan ARRIEN, directrice de recherche
Faculté de philosophie, Université Laval

Monsieur Jocelyn BENOIST, directeur de recherche
UFR de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Madame Christine TAPPOLET, examinatrice
Département de philosophie, Université de Montréal

Monsieur Arnaud DEWALQUE, examinateur externe
Département de philosophie, Université de Liège

Résumé

Si certains héritiers de la phénoménologie ont cherché à libérer l’apparaître des normes qui lui étaient imposées, il en allait autrement chez Husserl. Les normes étaient d’abord appliquées aux visées de sens elles-mêmes, lesquelles étaient dites « correctes » ou « incorrectes ». Autre façon de dire que la phénoménologie ne pouvait faire l’économie des normes : point de description sans prescription, et sans prescription à la description.
Dire que le projet phénoménologique est essentiellement descriptif, c’est cependant admettre que les normes s’y tiennent en retrait. Le premier défi d’une phénoménologie des normes est donc de les mettre au jour. De plus, en son versant critique, la phénoménologie des normes doit justifier notre droit de les poser et de les appliquer normativement. À ce titre, elle sera une phénoménologie du caractère normatif des normes.
Suivant les traces de Husserl, nous considèrerons d’abord les enjeux normatifs liés à la logique, puis les autres normes reconnues par lui. Ces normes étant assimilées à l’obtention d’une évidence ou d’un certain type d’évidence, elles avaient toutes un usage théorique. Nous ferons cependant l’hypothèse que certaines normes peuvent avoir un usage pratique. Cette hypothèse se heurtera à un obstacle de taille chez Husserl, qui proposait de justifier les devoirs pratiques grâce aux valeurs et non par les normes. Déconstruisant chacun des présupposés normatifs ayant conduit Husserl à recourir aux valeurs en éthique, nous paverons la voie à une éthique phénoménologique, normative et suspensive.

<< retour