Soutenance de thèse de madame Violeta CERVERA NOVO

19 juin 2017

Lundi 19 juin 2017, 9 heures, (salle 3244 du pavillon Charles-De Koninck)
Programme de doctorat dans le cadre d'une cotutelle en collaboration avec l'Universidad Nacional del Litoral

Titre de la thèse : «Éthique et logique au XIIIe siècle - Problèmes logico-épistémologiques dans les premiers commentaires artiens (1230-1250) sur l’Éthique à Nicomaque. Étude doctrinale, édition critique et traduction française sélectives de l’anonyme Lectura Abrincensis in Ethicam Veterem (ca. 1230-1240)»

Lundi 19 juin 2017, 9 heures, (salle 3244 du pavillon Charles-De Koninck)

PRÉSIDENT

Monsieur Philip KNEE
Faculté de philosophie, Université Laval

EXAMINATEURS

Monsieur Claude LAFLEUR, directeur de thèse
Faculté de philosophie, Université Laval

Madame Valeria Andrea BUFFON, directrice de thèse
Universidad Nacional del Litoral

Monsieur Carlos Francisco BERTELLONI, examinateur
Facultad de Filosofia y Letras, Universidad de Buenos Aires

Monsieur David PICHÉ, examinateur externe
Département de philosophie, Université de Montréal

Monsieur Jean-Marc NARBONNE, examinateur
Faculté de philosophie, Université Laval

Résumé

Au début du XIIIe siècle, les maîtres ès arts de l’Université de Paris donnent des cours sur l’Éthique à Nicomaque d’Aristote, récemment incorporée au corpus scolaire dans la traduction latine de Burgundio de Pise. Cette première réception de l’Éthique a été l’objet de diverses discussions historiographiques. Faut-il y voir une lecture naïve, fort influencée par la théologie, qui « mésinterprète » le texte en le rendant compatible avec la vision chrétienne ? Ou est-il possible de trouver dans ces premiers commentaires une interprétation de l’Éthique qui peut être appelée philosophique au sens propre et qui est capable de reconnaître, aussi bien que celle d’un lecteur d’aujourd’hui, les problèmes posés par le texte d’Aristote ? La thèse essaie de mettre en relief la valeur proprement philosophique de ces premiers cours artiens sur l’Éthique, à travers l’étude approfondie de l’un de leurs premiers spécimens : la Lectura Abrincensis in Ethicam Veterem (vers 1230-1240), texte anonyme qui fait ici, pour la première fois, l’objet d’une édition critique sélective (accompagnée d’une traduction française). L’étude proposée se développe autour d’un thème bien précis : les problèmes logico-épistémologiques qui découlent proprement des considérations méthodologiques faites par Aristote, Éthique à Nicomaque II, 2 (1103b25-30),  I, 1 (1094b11-21) et II, 2 (1103b34-1104a8).

<< retour