Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

Soutenance de thèse de monsieur Maxime VACHON

06 septembre 2018

Jeudi 6 septembre 2018, 14 heures (salle 413 du pavillon Félix-Antoine-Savard)

Édition critique, traduction française, annotation et étude historico-doctrinale de Nicolas de Paris (Nicolas Parisiensis), Rationes super libro Peryarmenias (manuscrit Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3011, folios 21vb-34vb) : sa contribution pour la lecture du chapitre 9 du traité De l’interprétation d’Aristote

Jeudi 6 septembre 2018, 14 heures (salle 413 du pavillon Félix-Antoine-Savard)

PRÉSIDENT

Monsieur Luc LANGLOIS, doyen        
Faculté de philosophie, Université Laval             

EXAMINATEURS

Monsieur Claude LAFLEUR, directeur de thèse
Faculté de philosophie, Université Laval

Monsieur David PICHÉ, examinateur externe
Département de philosophie, Université de Montréal

Monsieur Philippe HOFFMANN, examinateur
École Pratique des Hautes Études, Paris

Monsieur Jean-Marc NARBONNE, examinateur
Faculté de philosophie, Université Laval

Résumé

Cette thèse offre la première édition latine complète et la première traduction française, toutes deux annotées, du texte des Rationes super libro « Peryarmenias » (manuscrit Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 3011, folios 21vb-34vb) de Nicolas de Paris (Nicolas Parisiensis) jusqu’alors partiellement édité seulement par H. Hansen et A. M. Mora-Márquez. Le texte est un cours de la Faculté des arts de l’Université de Paris du XIIIe siècle sur le traité De l’interprétation d’Aristote. Je le fais précéder d’une courte étude dans laquelle il est montré que les Rationes super libro « Peryarmenias », de même que les Notulae super « Peryermenias » de Kilwardby et un texte anonyme des archives munichoises de contenu semblable aux Rationes (probablement de Nicolas aussi) appartiennent à la tradition d’enseignement de la lectio. L’édition et la traduction sont suivies d’une étude historico-doctrinale du chapitre 9 du traité De l’interprétation — sur les paires d’énoncés contradictoires relatifs au futur — dans laquelle je dégage les doctrines d’Aristote et de Nicolas, en plus de celles de quelques auteurs anciens et contemporains, notamment Ammonius, Boèce, Kilwardby et Thomas d’Aquin. Il est montré que d’après Aristote chaque partie de la contradiction relative à un futur contingent est « vraie ou fausse », le ‘ou’ (ἢ) faisant partie intégrante de la valeur de vérité, ce que Nicolas exprime en disant qu’un tel énoncé est vrai ou faux sous la disjonction seulement (sub disiunctione). 

<< retour