Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

Soutenance de thèse de Madame Dominique LEPAGE

Titre de la thèse : « Finitude et nouveauté : promesses et périls du nouveau au XXe siècle »

Vendredi 4 juillet 2014, 13 h, (salle 413 du pavillon Félix-Antoine-Savard)

PRÉSIDENT

Monsieur Luc LANGLOIS
Faculté de philosophie, Université Laval  

EXAMINATEURS 

Madame Marie-Andrée RICARD, directrice de thèse 
Faculté de philosophie, Université Laval

Monsieur Jean-Jacques WUNENBURGER, directeur de thèse
Faculté de philosophie, Université Jean-Moulin Lyon 3

Madame Sophie CLOUTIER, examinatrice externe
Faculté de philosophie, Université Saint-Paul

Monsieur Thomas DE KONINCK, examinateur 
Faculté de philosophie, Université Laval

Monsieur Jean-Philippe PIERRON, examinateur
Faculté de philosophie, Université Jean-Moulin Lyon 3

Résumé 

Cette thèse prend pour point de départ la valorisation moderne de la nouveauté, qui se radicalise au XXe siècle. L’omniprésence de cette notion à la fois puissante et familière soulève les questions du sens et de la valeur de la nouveauté, au-delà même de son appropriation moderne. La question est d’abord de savoir comment traiter l’irréductible polysémie de la nouveauté. Nous montrons d’abord que, sous ses diverses modalités, elle se distingue non seulement par la différence avec le passé mise de l’avant par le discours moderniste, mais plus encore par sa dimension de commencement, que nous analysons comme introduction de puissance et ouverture d’avenir. Cela constitue le critère premier de toute nouveauté, et ce qui en fait un enjeu humain fondamental. La nouveauté est au cœur de notre expérience du temps, de la manière dont nous vivons notre finitude et particulièrement notre mortalité. Cependant, cela n’en fait pas une valeur à proprement parler. Ce lien doit être interrogé à travers la pluralité des temps et des activités humaines. Nous considérons donc ensuite comment se décline la nouveauté au sein de l’existence humaine, à travers un dialogue avec la pensée de Hannah Arendt. Celle-ci nous permet de poser les bases d’une articulation différentielle et raisonnée de la polysémie de la nouveauté, en lien avec les conditions de natalité et de mortalité. Cela nous permet de poser plus clairement la question de la valeur de la nouveauté, et d’envisager de manière critique la place de cette dernière dans l’aventure moderne.

« Toutes les nouvelles