Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

Soutenance de thèse de Monsieur Brian MONAST

Titre de la thèse : «Du dualisme épistémique au dualisme éthique. Un plaidoyer pour l'intériorité»

Vendredi 17 octobre 2014, 13 h 30, (salle 413 du pavillon Félix-Antoine-Savard)

PRÉSIDENT

Monsieur Victor THIBAUDEAU
Faculté de philosophie

EXAMINATEURS

Monsieur Jean-Marc NARBONNE, directeur de thèse
Faculté de philosophie, Université Laval

Monsieur Thomas DE KONINCK, examinateur
Faculté de philosophie, Université Laval

Monsieur Gabor CSEPREGI, examinateur
Université de Saint-Boniface

Monsieur Jean-François DE RAYMOND, examinateur externe

Résumé

Il est de bon ton aujourd’hui de se moquer du dualisme : il n’y a pas deux substances, esprit et matière. Mais, s’il n’y a pas deux sortes d’êtres, il reste deux connaissances, deux accès à l’être, médiat et immédiat, externe et interne, entre lesquels, aussi surprenant que cela soit, aucun pont ne saurait être érigé. À celles-ci se rattachent deux éthiques, deux manières d’entrer en rapport avec le monde.

L’interne et l’externe, c’est le réel et l’apparence, le noumène et le phénomène. L’humain, devenu intelligent, se construit une image du monde et, s’il  ne veut point au départ s’identifier à son apparence naturelle, il finira par dire : « je suis corps, hormones, neurones », oubliant que cette matière n’est qu’une image objective.

La lecture d’auteurs analytiques montrera que la dualité épistémique est constamment admise, soit pour en rejeter la pertinence (McGinn), pour s’en servir à des fins polémiques, en contestant un prétendu dualisme ontologique (Churchland, Jackson), ou pour  défendre une « vision scientifique du monde » (G. Strawson, Searle). Mais insister sur l’unicité des choses sans accorder d’importance à la dualité qui se trouve déjà dans le regard qu’on porte sur elles est signe d’un être qui tient à s’identifier à son image, à se voir comme il voit les choses, ce qu’il ne peut faire sans se détourner de son être réel, qu’il éprouve et connaît autrement qu’objectivement. Le prix à payer est élevé. S’il apprend à faire avec les choses, il oublie comment être avec l’humain.

 

« Toutes les nouvelles