Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

Soutenance de thèse de Monsieur François BOURASSA

Titre de la thèse : «Hegel et Savigny: L'impossible réconciliation»

Mercredi 30 septembre 2015, 14 h, (salle 413 du pavillon Félix-Antoine-Savard)

PRÉSIDENT

Monsieur Luc LANGLOIS
Faculté de philosophie

EXAMINATEURS

Monsieur Thomas DE KONINCK, directeur de thèse
Faculté de philosophie, Université Laval

Monsieur Eduardo ANDUJAR, examinateur externe
Collège universitaire dominicain

Monsieur Bjarne MELKEVIK, examinateur
Faculté de droit, Université Laval

Monsieur Yves Charles ZARKA, examinateur
Université Paris Descartes

Résumé

Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831) et Friedrich Carl von Savigny (1779-1861) ont été des contemporains, des compatriotes et des collègues à l’Université de Berlin, le premier y enseignant la philosophie du droit, le second y enseignant le droit romain. Mais ils ont aussi été des adversaires. C’est leur affrontement qui constitue le thème de la présente thèse. Un affrontement opposant le rationalisme de Hegel à l’historicisme de Savigny.

Entre l’École spéculative du droit de Hegel et l’École historique du droit de Savigny, ce fut la guerre. En surface, c’est sur le front juridique que les deux adversaires ont livré bataille. À preuve, ces trois conflits : la Querelle de la réception, la Querelle de la possession, puis la Querelle de la codification.

Toutefois, l’objectif de cette thèse est de montrer que la guerre entre Hegel et Savigny a été menée, d’abord et avant tout, sur le front politique. Face aux événements de leur temps - la Révolution française, l’Empire napoléonien, les Guerres de libération de 1813-1814, la Restauration, l’émergence du nationalisme allemand -, Hegel et Savigny ont adopté des positions complètement différentes. Face au contexte culturel de leur temps, - la diffusion d’une pensée contre-révolutionnaire héritée d’Edmund Burke (1729-1797) et la naissance d’un romantisme politique -, ils ont emprunté des voies complètement opposées. Leurs visions respectives de l’Allemagne en ce début du XIXe siècle étaient si divergentes que toute réconciliation entre le philosophe et le juriste fut impossible.

 

 

« Toutes les nouvelles