Logo Université Laval Logo Université Laval
EN

Soutenance de thèse de Monsieur Louis-Étienne PIGEON

Le 26 novembre 2012 à 9 heures
Salle 3632 du pavillon Louis-Jacques-Casault    

ENVIRONNEMENT, MÉSOLOGIE ET POLITIQUE    

PRÉSIDENT

Monsieur Victor Thibaudeau, doyen
Faculté de philosophie, Université Laval  

EXAMINATEURS  

Monsieur Soheil Kash, examinateur
Faculté de philosophie

Madame Catherine Larrère, examinatrice externe
Université de Paris I Panthéon-Sorbonne

Madame Marie-Hélène Parizeau, directrice de thèse
Faculté de philosophie

Madame Sylvie Poirier, examinatrice
Faculté des sciences sociales

Monsieur Patrick Turmel, examinateur
Faculté de philosophie

Résumé  

Depuis les trente dernières années, le champ d’étude de l’éthique de l’environnement est en construction constante. La situation mondiale actuelle, caractérisée par des  problématiques environnementales à la fois locales et globales, amène les philosophes à penser la relation de l’être humain à la nature. Envisagée comme un questionnement sur la valeur de la nature, ou sur nos obligations envers elle, l’éthique environnementale cherche à offrir des solutions à ces problèmes qui concernent autant la pollution, la perte de biodiversité que la transformation de la nature et de l’être humain. Cette thèse vise à mettre en lumière l’influence structurante de la dichotomie nature-culture dans la philosophie moderne de l’éthique environnementale et d’y opposer une méthode de réflexion construite hors de ce cadre dichotomique. En effet, un grand nombre des problèmes environnementaux semblent provenir de la société moderne elle-même et de ses pratiques tributaires d’une vision dichotomique du monde. Dans la pensée moderne, le monde est conceptualisé en sphères autonomes que sont la nature et la culture. Le concept de milieu humain est le point de départ d’une philosophie pensée en termes relationnels qui permet de poser des problématiques environnementales et tout autant culturelles, éthiques que politiques hors des catégories dichotomiques de la pensée moderne. Le milieu étant l’entité relationnelle émergeante de la rencontre entre la nature et la culture, il permet d’ouvrir des possibilités de concevoir une éthique environnementale qui incorpore les sphères de la nature et de la culture dans une pensée qui se déploie autant en termes éthiques que politiques. 

« Toutes les nouvelles