Photo neutre

Soutenance de thèse de Jimmy Voisine

25 août 2021

8 h 45  (heure du Québec)

L’être humain atopique. Implications éthiques de l’écologie

En ligne - Sur invitation 

Pour information: johanne.langevin@fp.ulaval.ca 

PRÉSIDENT

Monsieur Luc LANGLOIS, doyen
Faculté de philosophie, Université Laval

EXAMINATEURS 

Madame Marie-Hélène PARIZEAU, directrice de thèse 
Faculté de philosophie, Université Laval

Monsieur Raphaël LARRÈRE, examinateur externe
INRA, Paris

Monsieur Rémi BEAU, examinateur
Sorbonne Université, Paris

Monsieur Pierre-Olivier MÉTHOT, examinateur
Faculté de philosophie, Université Laval

Résumé 

Cette thèse vise à faire progresser la réflexion éthique au sujet de la vague d’extinctions qui touche le vivant actuellement. Cette réflexion s’articule en trois temps. D’abord, la propension d’Homo sapiens à déployer des comportements culturels a été identifiée comme étant le principal point de rupture avec la biosphère. Ces comportements engendrent d’importantes ruptures dans le processus de coévolution au sein des écosystèmes. Dans un second temps, après avoir passé en revue les principales axiologies développées par l’éthique environnementale anglo-saxonne, un nouvel essai d’axiologie en éthique de l’environnement a été tenté. Rejetant l’anthropocentrisme ambiant notamment (et ce, tant au plan éthique qu’épistémologique), il vise à dépasser les problèmes philosophiques liés au statut de l’être vivant individuel. Les conclusions de cette analyse reconnaissent l’existence d’une valeur intrinsèque dite objective pour chaque être vivant individuel et ancrée ultimement dans le concept d’auto-poièse. Le fait que tous, humains et non-humains, vivent dans un monde «écologique» où les mises en relations sont nécessaires et incontournables, exige une réinterprétation de cette valeur à la lumière des logiques écosystémiques. Cette prise en compte de la relation dans le monde vivant permet ensuite d’éclairer la place et le rôle de l’être humain dans le monde, avec pour visée éthique d’établir la meilleure cohabitation possible. Le troisième volet de cette recherche consiste donc à tenter de tirer quelques conclusions pour les sociétés humaines de l’existence de cette valeur intrinsèque qui reste néanmoins modulée par la relation concrète.